top of page

Théâtre et musique

JE SERAI FEU

c Youenn Riou.jpeg

Une rencontre

Je serai FEU est une rencontre. La rencontre incandescente entre les mots de Marina Tsvetaeva et la vie de Taya Skorokhodova.

Cette écriture, précise et ciselée, s’enflamme à coup sûr à l’évocation de l’amour ou de l’exil et résonne dans le présent de la vie de Taya. Un incendie de verbes, allumé au siècle dernier, et dont Je serai FEU porte aujourd’hui la flamme.

Марина Цветаева (1892-1941)

Marina Tsvetaeva est une poétesse russe parmi les plus originales du XXe siècle. La qualité de son oeuvre ne fut pas reconnue de son vivant, et il fallut attendre les années 1960 pour qu’on lui confère une place dans la sphère littéraire. La poésie de Tsvetaïeva est viscérale, originale et tranchante, révélatrice de son excentricité.

IMG_9089.jpeg

Un univers musical

Pauline Denize compose une musique subtilement élecro et traduit ainsi les mots de la poétesse. Elle mêle alors inspirations de la culture slave, pop et électronique, afin de composer une matière sonore singulière.

Image de Paul Wong

Tournée 2024

16 février > 20h > Le Rayon Vert / Saint-Valéry-en-Caux (76)

21 février > 20h30 > Le Théâtre / Lisieux (14)

22 février > 20h > Théâtre des Bains douches / Le Havre (76)

23 février > 20h > L’Étincelle/Chapelle St-Louis / Rouen (76)

29 février > 21h > La Cité Théâtre / Caen (14)

Distribution


 

Mise en scène, conception, interprétation (texte et danse) : Taya Skorokhodova

Texte :  Marina Tsvetaeva

Interprétation et adaptation musicale: Pauline Denize

Assistante artistique : Lillah Vial et Charlie Dracon

Regard chorégraphique : Olivia Caillaud

Scénographie: Adeline Caron

Construction: Vincent Le Bodo

Régie son: Eric Docteur

Régie vidéo et lumière: Maximilien Sautai
production: Jérôme Ferron

Partenaires

Coproductions
Le Phare CCN du Havre / TBD Le Havre / Souslespylones (Coutances)

Accueil en résidence

Wine and beer ,Le Havre/ Akté, le Havre/ Association Stop Galère ,Le Havre/

Théatre de l’Étincelle, Rouen/ La Cité Théâtre, Caen/ Le Rayon Vert, Saint Valery en Caux.

Drac Normandie
Ville du Havre
departement seine maritime
région Normandie
Spedidam
Danse contemporaine
Revue de presse

Maryse Bunel Relikto

Taya Skorokhodova de la compagnie OkO se saisit des mots de Marina Tsvetaïeva pour évoquer l’exil et l’héritage. Joué avec la musicienne Pauline Denize, Je serai feu est présenté à partir du 16 février au Rayon vert à Saint-Valery-en-Caux, au théâtre de Lisieux, au théâtre des Bains-Douches au Havre, à L’Étincelle à Rouen et à la Cité-Théâtre à Caen lors des festivals En Attendant L’Éclaircie et Toute Première Fois.

« J’aurais aimé savoir écrire comme elle ». Elle, c’est Marina Tsvetaïeva (1892-1941), poétesse russe, censurée par le régime de Staline. Taya Skorokhodova a commencé à lire ses textes alors qu’elle était encore en Russie. « Son écriture est tranchante. Elle va droit au but. C’est même parfois un peu cru. Il y a aussi une réelle musicalité dans sa langue. Avec cette femme qui a eu une vie tragique, je suis en empathie et je me suis vite identifiée à elle ». 

Leur point commun : les deux femmes ont quitté la Russie mais pas pour les mêmes raisons. L’autrice est allée dans différents pays, la danseuse et comédienne est arrivée en France à l’âge de 14 ans. Dans les écrits de Marina Tsvetaïeva, il est question d’amour, de jalousie et d’exil, de nostalgie d’un pays et d’une culture, de solitude. « Je suis en exode et je sais que je ne peux plus revenir en arrière. Quand on déménage, tout est à refaire ».

En deux langues

 

Présenté dans diverses salles de la région lors des festivals En Attendant L’Éclaircie et Toute Première Fois, Je serai feu relate des bribes de vie avec les sentiments qui y sont liés. Taya Skorokhodova les raconte dans les deux langues parce qu’elles « font partie de moi. C’est quelque chose que j’ai en commun avec l’autrice. Dans la vie, je jongle avec le français et le russe ». La comédienne joue cette femme exilée qui partage ses états d’âme. En elle, il y a ce feu. « C’est le feu de la vie, ce quelque chose qui brûle à l’intérieur de soi. Marina Tsvetaïeva ne savait pas ce que sera fait le lendemain alors elle vivait. C’est pour cette raison qu’elle est remplie de plein d’histoires ».

Taya Skorokhodova fait siens les mots de Marina Tsvetaïeva, mis en musique par Pauline Denize, violoniste. Dans Je serai feu, elle les joue et elle les danse. Comme dans toutes les créations de la compagnie OkO, le langage du corps tient une place singulière. Le mouvement doit traduire les émotions.

bottom of page